“4 mariages pour une lune de miel” : un couple épinglé par la justice après sa participation à l’émission

Aurélie et Steve, candidats de l’émission 4 mariages pour une lune de miel, diffusée sur TF1, ont réalisé des dépenses colossales pour participer au programme alors qu’ils étaient déjà criblés de dettes. Selon les informations de Capital publiées le 7 octobre 2020, la justice aurait refusé d’effacer leurs dettes.

Il se sont dit “oui” en juin 2014. Cette année-là, Aurélie et Steve avaient souhaité célébrer leur union en grande pompe devant les caméras de TF1 en participant à l’émission 4 mariages pour 1 lune de miel, diffusée en février 2015 puis rediffusée en avril 2020. Mais la réalité est moins rose que le programme télévisé. Comme le révèle Capital mercredi 7 octobre 2020, le couple, criblé de dettes, a dépensé beaucoup d’argent pour participer à l’émission, “ce qui n’a pas plus à leur créanciers, ni à la justice.” Cette union, qui avait pour thème “Chic et Strass”, avait réuni 85 invités dans le domaine de Bellevue, près de Lyon. Problème : “ces dépenses ont été effectuées alors que le couple était au chômage et dans une situation financière critique. Juste après leur mariage, leurs dettes s’élevaient à 40.994 euros”, rapportent nos confrères. Toujours selon Capital, cette dette colossale avait de nombreuses origines : un arriéré de loyer de 11.523 euros du couple, une société liquidée en 2010 qui avait entraîné une demande de la banque de 22.540… mais aussi une condamnation pour “détournement de clientèle” avec une amende de 5.000 euros suite à la plainte d’une potentielle acheteuse du salon d’Aurélie, qui avait jeté l’éponge en découvrant que celle-ci “contactait des clientes du salon pour leur proposer ses services à domicile.”

« La procédure de surendettement n’a pas pour vocation d’assurer le maintien d’un train de vie au détriment des créanciers », a fait savoir la Cour d’appel

Ces problèmes sont loin d’être les seuls du couple ! Après leur mariage, Aurélie et Steve ont saisi la commission de surendettement, qui leur a accordé en septembre 2014 un moratoire de deux ans. “Deux ans plus tard, ils sont retournés voir la commission, en demandant cette fois à ce que leurs dettes soient totalement effacées”, poursuit Capital. Le couple affirme alors qu’il ne pourra jamais rembourser ses dettes, “ne possédant aucun actif.” La commission propose d’abord de leur accorder l’effacement…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *