Affaire Terme Sud : « Les membres les plus radicaux de ce collectif étaient des démissionnaires de l’Armée… » (Abdou Karim Fofana)

Le ministre de l’Urbanisme du Logement et de l’Hygiène Publique ne se laisse pas mousser de la laine sur le dos dans l’affaire dite de « Terme Sud ».
Abdou Karim Fofana déplore l’activisme de certaines têtes de pont de ce mouvement d’humeur qui, pourtant, avaient quitté les rangs de l’Armée avant la retraite :
« Imaginez un peu si chaque affectataire d’un logement administratif réclamait à la fin de son service la propriété du bâtiment qu’il a occupé dans le cadre de ses fonctions? Que resterait- il donc à l’État en terme de patrimoine ? On de garde souvent d’évoquer des libérations dès occupations irrégulières d’immeubles de l’État. Mais, saviez- vous que 26 des déguerpis bénéficiaient déjà des logements de la COMICO (Coopérative Militaire de Construction) dont 03 à la Cité COMICO de Terme Sud ? Saviez-vous que ce site abritait diverses activités répréhensibles, notamment, des bars clandestins, la prostitution et le trafic de drogue ? Surtout il y était noté la présence d’étrangers notoirement connus dans des activités illicites. Il faut également signaler que certains parmi les membres les plus radicaux de ce collectif étaient des démissionnaires de l’Armée et que leur présence sur les lieux ne pouvait plus d’expliquer. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *