Bénin: le PRD réclame une élection présidentielle inclusive en 2021

Le parti du renouveau démocratique (PRD) fête ses 30 ans lors de son université de vacances à Porto-Novo. Le ton de la déclaration finale du président du parti Adrien Houngbedji met en avant son souhait d’une élection présidentielle inclusive et apaisée en 2021.

En 30 ans, le PRD a multiplié les alliances et divorces et a eu des ministres, des députés, gagné le perchoir et dirigé la primature. Après avoir soutenu Lionel Zinsou en 2016, il se réclame actuellement de la mouvance Talon.

Une « loi électorale scélérate »

Et pourtant, les dernières élections communales et la règle des 10 % exigés pour prétendre à la répartition des sièges, ont privé le parti d’élus. Le président du parti Adrien Houngbedji rumine toujours cet épisode : « Les dernières élections nous ont privés d’élus, elles n’ont pas réussi à nous priver de nos électeurs. Elles sonnent comme les trompettes de Jéricho. »

C’est la faute à une « loi électorale, scélérate, inique et ciblée » dénonce la déclaration finale du parti. Au pupitre, Adrien Houngbedji ouvre cette séquence sur l’état de la démocratie béninoise : « J’entends souvent dire que la démocratie au Bénin, c’est fini. À ceux-là, je voudrais dire que la démocratie n’est pas finie. Essayez de la bâillonner, ce sera toujours pour un temps. Vous la croyez morte, elle renaît toujours de ses cendres. »

L’élection présidentielle béninoise est fixée au mois d’avril 2021, le parti réclame un scrutin avec tous les courants de pensée et d’opinion. Allusion aux parrainages nécessaires pour présenter un candidat. Seuls deux partis de la majorité sont capables de satisfaire aujourd’hui cette exigence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *