La pandémie du coronavirus est en net recul. Quasiment tous les cas positifs sont guéris. La semaine dernière 3 cas seulement étaient hospitalisés. Le pays qui a enregistré au total 54 décès liés au Covid-19 n’a pas cependant déconfiné tous les secteurs. C’est le cas des églises, des bars et des motels. Ceci provoque un sentiment d’injustice pour les opérateurs de ces secteurs qui sont aujourd’hui en colère.

Après avoir attendu plus de 6 mois, les Eglises chrétiennes sont quasiment entrées en rébellion contre l’Etat. Le 27 septembre, le collectif des Eglises charismatiques de réveil avait tenté de rouvrir les églises de force. Des policiers avaient brièvement interpellé le responsable de ce collectif, l’évêque Jean-Baptiste Moulaka.

Le 4 octobre, c’est l’Eglise catholique, la plus ancienne et la plus représentative du Gabon, qui est montée au créneau en affirmant que la fermeture prolongée des églises est un crime. Elle a décidé de rouvrir ses lieux de culte le 25 octobre. Les Eglises de réveil ont décidé aussi, samedi, de défier l’Etat le 25 octobre.

Outre les lieux de culte, les autres secteurs toujours interdits sont les bars et les motels. Pour contourner cette interdiction, beaucoup de tenanciers servent clandestinement leurs clients même si leurs portes sont clauses.

Au Gabon, le taux de contamination au Covid-19 a considérablement baissé mais le gouvernement dit préférer la prudence à cause de la recrudescence de la pandémie dans plusieurs pays.