Il éventre sa femme enceinte pour verifier le sexe du bébé

En Inde, la police affirme qu’une femme enceinte dont le ventre aurait été ouvert à la faucille par son mari a donné naissance à un garçon mort-né.
La famille de la femme a allégué que l’homme l’avait attaquée parce qu’il voulait vérifier le sexe du bébé.
Ils disent que le couple a cinq filles et que l’homme a fait pression sur sa femme pour qu’elle accouche d’un fils.
L’homme, qui a été arrêté, nie avoir intentionnellement blessé sa femme, disant au contraire qu’il s’agissait d’un accident.
L’incident a eu lieu dans le district de Badaun, dans l’Uttar Pradesh, l’État le plus peuplé du nord de l’Inde.
Des fonctionnaires de police ont déclaré à la BBC que la femme blessée était dans un état stable dans un hôpital de la capitale, Delhi, et que son mari avait été arrêté.
La soeur de la femme a déclaré que le couple se disputait régulièrement à propos de l’arrivée d’un fils, a rapporté la BBC Hindi.
Selon son frère, la femme a été emmenée à Delhi dimanche sur les conseils des médecins car son état était extrêmement critique.
Le mari a déclaré qu’il n’avait pas attaqué sa femme intentionnellement. Il a dit aux médias locaux qu’il lui avait lancé la faucille, mais qu’il ne savait pas que cela la blesserait aussi gravement.
« J’ai cinq filles, un de mes fils est mort. Je sais que les enfants sont un don de Dieu. Maintenant, quoi qu’il arrive, cela arrivera. »
L’enquête de police est en cours.
Le désir des parents indiens d’avoir des fils au lieu de filles a créé un déséquilibre dans la proportion des sexes.
Quelque 46 millions de filles ont disparu en Inde au cours des 50 dernières années, selon un rapport de juin du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP).
Chaque année, pas moins de 460 000 filles sont tuées par avortement après une sélection sexuelle et une surmortalité féminine due à la négligence délibérée des filles après la naissance.
Un rapport du gouvernement indien de 2018 a déclaré que le désir de fils avait créé 21 millions de filles « non désirées ». Le rapport du ministère des finances a constaté que de nombreux couples continuaient à avoir des enfants jusqu’à ce qu’ils aient un garçon.
 
 
Analyse (Par Geeta Pandey, BBC Editor, India women and social affairs)
L’Inde est un pays qui a depuis longtemps une préférence culturelle pour les enfants de sexe masculin.
Le désir de fils vient de la croyance qu’une progéniture masculine subviendra financièrement aux besoins de la famille, s’occupera des parents dans la vieillesse et portera le nom de la famille. Une fille, en revanche, finira par se marier et par partir, et souvent les parents devront verser de grosses dots.
Cette préférence pour les fils, aidée par la technologie de sélection prénatale des sexes, a fait des ravages dans le déséquilibre du rapport de masculinité en Inde et, au fil des ans, des dizaines de millions de filles ont été tuées – dans l’utérus ou peu après la naissance, par négligence délibérée.
En 1961, pour 1 000 garçons de moins de sept ans, il y avait 976 filles. Selon le dernier recensement de 2011, ce chiffre était tombé à 914.
Les militants ont qualifié ce phénomène de « génocide ». L’ancien premier ministre Manmohan Singh a qualifié le foeticide et l’infanticide des femmes de « honte nationale » et a appelé à une « croisade » pour sauver les filles.
Le Premier ministre Narendra Modi a également conseillé aux Indiens « de ne pas s’intéresser aux fils » et de ne pas « tuer les filles dans l’espoir d’un garçon ».
Il y a cinq ans, il a lancé « Beti Bachao, Beti Padhao » (Sauver la fille, éduquer la fille) – une campagne pour sauver les filles. Dans une autre campagne, il a demandé aux pères de prendre des selfies avec leurs filles et de les lui envoyer.
Mais aucune de ces campagnes n’a vraiment fonctionné. Les experts affirment que pour que les choses changent, l’Inde doit confronter sa préférence sociétale malsaine pour les garçons et convaincre les familles de célébrer les filles autant qu’elles célèbrent leurs fils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *