Karabakh: Macron réclame « des explications » à la Turquie et interpelle l’Otan

Les combats au Karabak s’intensifient en Azerbaïdjanais et Arméniens, alors qu’Emmanuel Macron a dénoncé le déploiement de combattants « Jihadistes ».

Arméniens et Azerbaïdjanais restaient sourds jeudi à de nouveaux appels au cessez-le-feu et « intensifiaient » même leurs combats au Nagorny Karabakh, où des combattants « jihadistes » auraient été déployés selon Emmanuel Macron, laissant craindre une nouvelle escalade du conflit.

« Selon nos propres renseignements, 300 combattants ont quitté la Syrie pour rejoindre Bakou en passant par Gaziantep (Turquie). Ils sont connus, tracés, identifiés, ils viennent de groupes jihadistes qui opèrent dans la région d’Alep », a déclaré M. Macron dans la nuit de jeudi à vendredi lors d’un sommet de l’Union européenne à Bruxelles.

Il avait plus tôt dénoncé le déploiement de « combattants syriens de groupes jihadistes » ayant transité par la Turquie, plus fidèle alliée de l’Azerbaïdjan, pour rejoindre ce territoire séparatiste soutenu par Erevan.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *