La Russie et l’Iran accusés d’avoir tenté d’interférer dans la présidentielle américaine

Le patron du renseignement américain a accusé mercredi Moscou et Téhéran d’avoir obtenu des informations sur les listes électorales américaines et d’avoir cherché à influencer certains électeurs à l’approche de la présidentielle.

La Russie et l’Iran ont tenté d’interférer dans l’élection présidentielle du mois prochain aux États-Unis, a accusé mercredi 21 octobre le directeur du renseignement national américain, John Ratcliffe.

L’annonce illustre l’inquiétude parmi les hauts représentants américains sur la volonté d’acteurs étrangers de nuire à la confiance qu’ont les Américains dans l’intégrité de l’élection présidentielle et de propager de la désinformation pour tenter d’influer sur l’issue du scrutin.

« Nous avons pu confirmer que certaines informations d’inscriptions sur les listes électorales ont été obtenues par l’Iran et, séparément, par la Russie », a déclaré John Ratcliffe lors d’une conférence de presse organisée à la hâte et à laquelle participait également le directeur du FBI, Chris Wray.

Si la plupart de ces informations sont publiques ou commercialisables, le directeur du renseignement national a déclaré que les autorités américaines ont « déjà constaté que l’Iran a envoyé des courriels usurpateurs afin d’intimider les électeurs, d’inciter aux troubles sociaux et de nuire au président Trump ».

Proud Boys

Cette annonce a été faite après que des électeurs démocrates ont indiqué avoir reçu des e-mails menaçants qui leur étaient personnellement adressés, au nom des « Proud Boys », un groupuscule d’extrême droite. « Nous sommes en possession de toutes vos informations. Vous êtes actuellement enregistré comme démocrate et nous le savons parce que nous avons accès à l’infrastructure électorale tout entière », disait l’un de ces e-mails. « Vous allez voter Trump le jour de l’élection, ou vous aurez affaire à nous. »

Certains experts estiment que, si John Ratcliffe a raison, il est probable que l’Iran ait tenté de nuire à l’image de Donald Trump en mettant en avant le soutien dont il bénéficie de la part des suprémacistes blancs et le caractère parfois violent de ces derniers.

Le directeur du renseignement a également affirmé que l’Iran, bête noire de Donald Trump, avait diffusé une vidéo laissant entendre que des gens pouvaient envoyer des bulletins de vote frauduleux, y compris de l’étranger.

Les agences du renseignement américain avaient déjà prévenu par le passé que l’Iran pourrait tenter d’interférer dans l’élection afin de nuire à Donald Trump et que la Russie essayait d’aider le président républicain à remporter un nouveau mandat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *