Linguère : Le directeur de l’hôpital Magatte Lô et les travailleurs à couteaux tirés

Des  agents de l’hôpital Magatte Lô de Linguère ont tenu un point de presse ce lundi devant les  locaux de l’établissement sanitaire pour dénoncer la situation alarmante dans laquelle ils sont plongés depuis un bout de temps. Les blouses blanches accusent le directeur de l’hôpital Abdou Sarr de « gestion nébuleuse  fondée sur la gabegie caractérisée par un manque de plateau technique, un manque de matériel de bureau, l’insuffisance de draps dans les lits d’hospitalisation et une imagerie toujours défectueuse ».
A en croire Astou Seye, infirmière à l’hôpital  Magatte Lô, le directeur s’est tapé un véhicule qui coûte 35 millions de francs au moment où les travailleurs ruent dans les brancards. « Ce sont des infirmiers et des agents paramédicaux qui assurent la garde de 15 heures à 08 heures du matin. Il faut un médecin de garde, on l’a toujours réclamé mais on n’a jamais eu gain de cause ».
Selon les travailleurs de l’hôpital, le directeur est préoccupé par son propre épanouissement, son bien-être et celui de sa famille. «Le directeur met en rade les besoins de l’hôpital et ceux des travailleurs en se dotant d’une indemnité d’un million de francs par mois et octroyant des  salaires de misère à certains de ses agents ». Ils  invitent les autorités à réagir par rapport à ce problème. Si rien n’est fait, ces travailleurs  menacent d’aller en grève dans les tout prochains jours si toutefois le directeur campe sur ses positions, a averti Astou Seye.
Interpellé sur les accusations portées contre lui, le directeur parle de travailleurs frustrés et animés par le souci de le nuire. « Normalement ces  gens qui s’agitent devraient pouvoir me rencontrer avant de tenir ce point de presse. Donc leur volonté de nuire est manifeste », rétorque-t-il. A l’en croire, l’hôpital n’est pas confronté à un problème de consommables. Et le véhicule dont ils parlent appartient à l’hôpital et non au directeur.
Et c’est le conseil d’administration de l’hôpital qui lui  a acheté un véhicule de fonction, justifie-t-il.
A propos de la prime d‘un million qui lui a été allouée, Abdou Sarrr révèle que c’est le conseil d’administration qui a sanctionné positivement son travail. Il réfute toutefois le recrutement des membres de sa famille dans la structure sanitaire. « J’ai fait entrer 03  personnes dans  cet hôpital. Elles sont diplômées et ont toutes respecté les procédures », a souligné Abdou Sarr qui invite ces travailleurs autour de la table de négociations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *