des ONG dénoncent des «violations graves des droits humains» par le pouvoir