L’ÉTAT MET PRÈS D’UN MILLIARD POUR SAUVER LA FACE