Vol de bétail à Goudomp : Les acteurs identifient les actions prioritaires

Les razzias sur le bétail ne se comptent plus au bout des doigts à Goudomp. Chaque année, ce sont plus de mille têtes de bovins et d’ovins qui sont emportées, par des voleurs souvent armés qui proviennent de la Guinée-Bissau et qui n’hésitent plus, dans leur forfait, à porter atteinte à la vie des populations. Cette situation entraîne également des pertes énormes portant sur plusieurs centaines de millions, avec un important préjudice causé au secteur de l’élevage. Aussi, de fortes et réelles menaces pèsent sur les rapports de bon voisinage qui lient le Sénégal à la Guinée-Bissau en raison des actes de représailles légitimes qui sont menées par les populations victimes.
Pour endiguer le mal, des concertations inclusives et consensuelles sont initiées par l’agence nationale pour la relance des activités socioéconomiques en Casamance (Anrac). Éleveurs, agriculteurs, chefs de village, leaders d’opinion, journalistes et autorités politiques et administratives se sont retrouvés hier en comité départemental de développement pour identifier des actions prioritaires à mener actions à dérouler durant le dernier trimestre de l’année.
Il s’agit d’abord du renforcement de la sensibilisation, du développement de la culture du renseignement et de la collaboration avec les forces de sécurité. Ensuite, le comité de suivi départemental veillera à la redynamisation des cadres de concertation des chefs de villages et leaders transfrontaliers, des comités de gestion de paix (Cgp) dans le Balantacounda et dans le Birassou. Puis, au renforcement des capacités des membres des nouveaux CGP en technique de prévention et de gestion des conflits et en technique de planification et de suivi évaluation.
Enfin, le Cdd a retenu comme dernières actions le développement d’un partenariat avec l’Union transfrontalière des associations des radios communautaires (Utrac) pour la diffusion d’informations sur le phénomène de vol de bétail. En outre les éleveurs ont fait un plaidoyer pour l’ouverture d’un consulat de la Guinée-Bissau dans le département de Goudomp et la réactualisation du processus d’implantation d’un camp militaire à Goudomp.
Selon le directeur général de l’Anrac, pour parvenir à la souveraineté alimentaire dont il était question lors du dernier Conseil présidentiel sur la relance de l’économie post-Covid-19, il faut nécessairement éradiquer le vol de bétail qui constitue un frein et une menace pour ce secteur dans cette partie sud de la région de Sédhiou.
 C’est la raison pour laquelle depuis 2018, l’agence s’est engagée à déconcentrer ses interventions à travers un maillage des trois régions de la Casamance notamment à Goudomp, un département qui a subi les conséquences sociales de la crise notamment avec plus de 23 localités déplacées et des milliers de bovins et d’ovins emportés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *